« Les policiers, les militaires ne peuvent pas être partout alors que de simples citoyens oui. Le pourcentage des armes en possession du public est encore trop faible, s’il y en avait davantage on pourrait éviter davantage d’attentats et de victimes »

 

Ofer Rozenman, responsable d’un centre d’entraînement