Ce que nous proposons

Nous demandons le rétablissement du droit au
port d’arme citoyen aux conditions suivantes :

  • Être volontaire
  • Être de nationalité française
  • Être majeur responsable
  • Ne pas avoir d’antécédents judiciaires
  • Ne pas avoir d’antécédents psychiatriques
  • Satisfaire à une enquête de moralité par la police
  • S’entraîner régulièrement dans un stand de tir, connaître les 4 règles de sécurité
  • Obtenir un certificat médical d’aptitude et une autorisation de détention d’arme de catégorie B selon les conditions déjà prévues par la loi en vigueur
  • Passer un permis de port d’arme théorique et pratique concernant le maniement, la législation et l’usage d’une arme de catégorie B, une formation égale à celle des forces de l’ordre
  • Porter son arme de façon discrète et non visible

Nous proposons aussi des pistes pour des changements législatifs, découvrez les ici.

Aucun pays n’est plus paisible et n’offre une meilleure police que ceux où la nation est armée. Comité de Rédaction de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, 18 août 1789

Il est curieux de voir les élus réclamer le port d’arme pour eux, alors qu’ils se battent pour l’interdire aux citoyens. Étrange situation dans un pays où nous sommes censés être égaux. @Stophoplophobie

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Ré-informez vous !

Pourquoi le port d'arme ?

Qui sommes nous ?

Venez échanger sur le forum de l'ARPAC

ARPAC

Nous demandons le rétablissement du droit au port d’arme aux conditions suivantes : - Être volontaire - Être de nationalité française - Être majeur responsable - Ne pas avoir d’antécédents judiciaires - Ne pas avoir d’antécédents psychiatriques - Satisfaire à une enquête de moralité par la police - S’entraîner régulièrement dans un stand de tir, connaître les 4 règles de sécurité - Obtenir un certificat médical d’aptitude et une autorisation de détention d’arme de catégorie B selon les conditions déjà prévues par la loi en vigueur - Passer un permis de port d’arme théorique et pratique concernant le maniement, la législation et l’usage d’une arme de catégorie B, une formation égale à celle des forces de l’ordre - Porter son arme de façon discrète et non visible Nous demandons à tous ceux qui soutiennent l’idée du port d’arme, de partager ce site et de nous suivre sur facebook, twitter et youtube : nous avons besoin de vous.
ARPAC
ARPAC
Je suis professeur et je porte une arme sur le campus. Voici pourquoi.

Même sur le campus universitaire le plus sûr, le délai d'intervention de la police à un tireur actif se mesure en quelques minutes. Mais lorsque les secondes comptent, c'est aux étudiants et aux professeurs de défendre leur propre vie.

Je suis professeur d'éthique et je porte une arme de poing dissimulée dans la classe. En cas de fusillade, je suis la première ligne de défense entre mes élèves et un agresseur. Je refuse que mes élèves et moi-même soyons des victimes.

Je suis sûr que beaucoup de mes collègues enseignants ne seraient pas d'accord avec mes actions. En fait, beaucoup me qualifieraient probablement de traître au milieu universitaire pour avoir admis une telle chose. Pour eux, il est inconcevable qu'un membre de l'intelligentsia - un professeur d'éthique, de plus - puisse soutenir le droit de porter un soi-disant instrument de mort.

Donc dans ce qui suit, laissez-moi vous présenter les arguments moraux en faveur du port d'arme sur un campus. Ceux qui veulent un exposé plus rigoureux de mon argumentation seront peut-être intéressés à lire un de mes articles de revue universitaire sur le sujet.

Les arguments moraux en faveur du port d'arme sur un campus

Le port d'arme sur un campus n'est qu'une extension de notre droit naturel d'autodéfense. Notre droit à la vie nous suit partout où nous allons, donc le droit de défendre notre vie doit aussi nous accompagner. Que je sois à la maison, dans ma voiture, au travail ou en classe, j'ai le droit absolu et implacable de me défendre contre une agression injuste. Comme les armes à feu renforcent ce droit, il existe une forte présomption en faveur du droit de posséder et de porter une arme à feu dans le cadre de mes activités quotidiennes.

Cette présomption peut parfois être surmontée (comme dans les palais de justice, les prisons ou les aéroports), mais seulement si le gouvernement assume la responsabilité particulière de protéger les citoyens qu'il désarme par le pouvoir coercitif de la loi. En d'autres termes, si le gouvernement nous dit que nous ne pouvons pas porter d'armes à feu dans une région donnée, ce qui nuit à notre capacité de nous défendre, il doit assumer une responsabilité spéciale pour nous protéger. Il doit servir à la fonction que nos armes à feu auraient remplie si on nous avait permis de les transporter.

Une analogie pourrait aider à illustrer ce point. Supposons que je vous pousse en eau profonde dans le cadre d'une leçon de natation. Parce que je vous ai intentionnellement mis dans une situation de vulnérabilité accrue, j'ai une obligation de veiller à ce que vous ne vous noyiez pas. De même, si le gouvernement exige que nous nous désarmions avant d'entrer dans une zone donnée, il nous met sciemment dans une situation de vulnérabilité accrue. Il doit donc assumer la responsabilité particulière de combler l'écart qu'il a créé en renforçant les mesures de protection.

Le gouvernement n'assume cette responsabilité particulière que s'il peut fournir un moyen de défense équivalent à celui qu'il a dépouillé par la force. Dans le monde réel, cela signifie qu'il doit maintenir une présence armée omniprésente dans les endroits où il nous a désarmés.

La présence d'un corps de police ordinaire ne répond pas à cette exigence. La police intervient presque toujours après qu'une personne a déjà commis un crime. Selon les données de l'Enquête nationale sur la victimisation, seulement 47,3 % de tous les crimes contre la personne en 2008 ont même été signalés à la police. Parmi ces crimes, seulement 28 % des réponses de la police sont survenues dans les cinq minutes suivant le signalement, 30,3 % dans les six à 10 minutes et 33,5 % dans les 11 minutes à une heure suivant le signalement.

De toute évidence, pour résister à une attaque, la police ne peut pas jouer le même rôle que les gens en portant leurs propres armes. Le seul appareil gouvernemental capable d'intervenir efficacement au milieu d'un crime est celui dans lequel la police ou d'autres responsables de l'application de la loi sont présents partout, ce qui n'est ni réalisable ni souhaitable.

Une présence policière toujours vigilante n'est évidemment pas possible dans la grande majorité des zones "sans armes", en particulier dans les campus universitaires. Même si de nombreux collèges et universités ont leurs propres services de police spécialisés, ils n'ont pas les effectifs nécessaires pour maintenir une présence armée omniprésente. Étant donné la rareté de la protection policière par rapport aux vastes zones que ces agents doivent protéger, le gouvernement ne peut s'acquitter adéquatement de son devoir spécial de protection sur les campus. Ainsi, les étudiants, le personnel et les professeurs qualifiés devraient être autorisés à porter des armes à feu sur les campus.

Il est absurde de penser que l'on perd le droit de défendre sa vie simplement en entrant dans une classe. Le droit à la légitime défense est essentiel à notre dignité en tant qu'êtres humains. Bien que nous puissions parfois déléguer partiellement cette responsabilité à d'autres, nous ne pouvons jamais la déléguer complètement. Même dans le campus universitaire le plus sûr, la réaction de la police à un tireur actif se mesure en quelques minutes. Mais lorsque les secondes comptent, c'est aux étudiants et aux professeurs de défendre leur propre vie. Et ils ne peuvent le faire sans un moyen raisonnable et efficace d'autodéfense.

Les données empiriques appuient massivement l'idée que le fait de résister avec force aux crimes violents commis avec une arme à feu est associé à des taux de blessures plus faibles et à une résistance réussie. Les études révèlent constamment que l'utilisation défensive des armes à feu est bénéfique pour les hommes et les femmes.

Les armes à feu ont également des effets dissuasifs, outre leur utilisation pour perturber les crimes en cours. Les criminels ont tendance à choisir des cibles "molles", de sorte que la simple possibilité d'une résistance musclée de la part des victimes constitue un élément dissuasif qui peut empêcher les fusillades avant même qu'elles ne commencent. Pourquoi ne pas étendre ces avantages aux enseignants du primaire et du secondaire, aux étudiants et aux professeurs du collège ?

Mauvais arguments contre le port sur le campus

Certains prétendent que le port sur le campus crée une situation difficile pour les agents de police qui interviennent et qui seront incapables de déterminer qui sont les bons et qui sont les méchants. Mais cette objection s'avère trop convaincante : Elle s'applique à toute situation dans laquelle la police rencontre une victime qui résiste avec succès à une attaque. Si la simple possibilité d'une erreur d'identification suffit à justifier l'interdiction du port sur le campus, elle justifierait également l'interdiction de toute mesure d'auto-défense violente.

Ce n'est pas parce que la police peut avoir de la difficulté à faire la distinction entre les criminels et les victimes que les victimes perdent leur droit à la légitime défense par la force. Notre droit à l'autodéfense n'est pas fonction de la capacité de la police à nous protéger, mais d'une dignité fondamentale fondée sur notre droit à la vie.

Beaucoup d'opposants au port sur le campus soutiennent que les étudiants d'âge collégial sont sujets à une consommation excessive d'alcool et à d'autres comportements imprudents qui rendraient le portage plus dangereux. Bien que cela puisse être vrai lorsqu'on considère les étudiants collégiaux en général, cela ne tient pas compte du fait que les détenteurs de permis de port caché ont tendance à être plus respectueux de la loi que les détenteurs sans permis dans tous les groupes d'âge. Le stéréotype courant selon lequel les étudiants d'université sont des fêtards insouciants ne s'applique pas au sous-ensemble des étudiants qui sont autorisés à porter des armes.

Une autre objection est que les civils n'ont pas assez de formation pour se défendre et défendre les autres lorsqu'ils sont sous pression. Cette objection est tout simplement fausse. Premièrement, il n'est pas nécessaire d'être un expert en armes à feu pour les utiliser avec succès. Comme je l'ai fait remarquer, les études montrent constamment que les gens se débrouillent très bien pour se défendre avec des armes à feu, malgré leur manque relatif de formation par rapport aux agents de police. Même pour ceux qui ne sont pas entraînés, les armes à feu restent leur meilleure chance.

Deuxièmement, tout comme une certaine défense vaut mieux que pas de défense, avoir une arme vaut mieux que ne pas en avoir du tout. Si je me retrouve dans une situation où je dois me défendre ou défendre les autres contre un tireur, je préférerais de loin confier ma vie à mon arme plutôt qu'à ma capacité d'attaquer le tireur. Des études montrent que la résistance armée est plus efficace que la résistance désarmée, donc si je dois me défendre avec une arme, je préférerais que ce soit le type d'arme qui garantisse le mieux un résultat positif. À cet égard, rien n'est comparable à une arme à feu.

La dernière objection que je tiens à faire valoir est que les armes à feu n'ont pas leur place dans les salles de classe parce qu'elles ont un "effet paralysant" sur le libre échange des idées. En tant que professeur qui donne tout le temps des cours sur des sujets controversés, je considère cela comme une pure absurdité. L'autoprotection est la gardienne de la liberté d'expression, pas son ennemie.

Un monde dans lequel nous sommes les plus libres d'exprimer nos idées est un monde dans lequel nous avons le droit de nous protéger contre la persécution parce que nous avons les idées que nous avons. Cela ne veut pas dire que nous devons tous porter des armes sur nous en tout temps, mais cette autoprotection complète la liberté d'expression. D'ailleurs, cette objection prouve aussi trop de choses : Si le fait de permettre l'accès à un moyen d'autodéfense est intrinsèquement contraire à la liberté d'expression, cet argument s'appliquerait à toutes sortes d'autodéfense, pas seulement aux armes à feu.

Tout à l'heure, j'ai fait remarquer que ceux qui portent des armes dissimulées ont tendance à être extrêmement respectueux des lois. Si c'est vrai, il n'y a aucune raison de craindre ceux qui sont armés pour se protéger. De telles craintes sont sans fondement et favorisent une perception erronée des porteurs d'armes à feu. En fait, c'est peut-être exactement le contraire qui est vrai : de la même façon qu'une présence policière peut donner une plus grande impression de sécurité, de nombreuses personnes peuvent se sentir plus en sécurité en sachant que des étudiants et des professeurs qualifiés portent des armes pour l'autodéfense.

Timothy Hsiao est professeur de philosophie et de sciences humaines à l'Université Grantham et professeur auxiliaire de philosophie à l'Université Park et au Johnson County Community College. Il est également instructeur certifié en maniement des armes à feu. Son site Web est http://timhsiao.org.

Militez pour le port d'arme citoyen adhérez à l'ARPAC:
www.arpac.eu/adherer

Source:
https://thefederalist.com/2019/08/16/im-professor-carry-gun-campus-heres/
ARPAC
ARPAC
« Reductio ad Arma », l’arme politique US des mains des révolutionnaires à celles des terroristes
Le drame qui se met en place.

De Ian Schöder, co-fondateur de l'ARPAC

Vous connaissez le principe de la « Reductio ad Hitlerum », ce principe qui consiste à détruire les arguments d’un adversaire politique -et par extension l’adversaire lui-même- en les réduisant à n’être qu’une rhétorique d’essence hitlérienne.

Aux Etats-Unis, et dans le monde anglo-saxon (Royaume Uni, Australie notamment), est entretenue depuis des décennies une tactique de la même eau au sujet de la question de la sûreté, qui commence à porter ses fruits outre atlantique : la « Reductio ad Arma ». Je ne suis pas latiniste, vous me pardonnerez si le terme « arma » n’est pas le bon. Il s’agit là de réduire le débat de la sûreté qu’aux armes. L’idée est d’ancrer que l’arme elle-même engendre la violence, donc la constitution américaine elle-même qui en protège leur accès l’engendre. C’est une extension logique du concept de l’individu ni responsable ni coupable des violences qu’il commet. C’est la société -mauvaise car non basée sur un modèle « juste » socialement- qui a créé les criminels de part son injustice. Il suffit de ne pas vouloir renverser le système en place pour devenir les vrais coupables, aux yeux des tenants de cette idée qui marche avec tout. Les anglais interdisent les couteaux…

La suite sur:
http://www.ianschroder.com/17/08/2019/reductio-ad-arma-larme-politique-us-des-mains-des-revolutionnaires-a-celles-des-terroristes/
ARPAC
ARPAC
Encore une tuerie de masse aux Etats-Unis!

Mais vous ne risquez pas d'en entendre parler beaucoup en France. 4 personnes ont été tuées et deux blessées hier par un meurtrier. Ah oui, le criminel a utilisé un couteau ou une machette pour commettre son acte.

Une des victimes, une femme, s'est battue comme elle pouvait contre l'agresseur armé d'une machette, mais elle n'avait quasiment pas de chance de s'en sortir. L'Etat de Californie (et notamment la ville de Los Angeles) ne permet le port d'arme qu'à des personnes VIP.

Militez pour le port d'arme citoyen, adhérez à l'ARPAC:
www.arpac.eu/adherer

Sources:
https://time.com/5647269/california-stabbing-rampage/
http://french.xinhuanet.com/2019-08/08/c_138293785.htm

Mise à jour de notre galerie d'images avec l'ajout des dessins d' #Adep : https://t.co/YvhRA9ulIR https://t.co/JaCcK3LH9L ARPAC_fr photo

20 000 coups et blessures par mois, plus 50 à 100 meurtres.

+200 braquages à domicile et cambriolages en présence des propriétaires par jour.

La violence s'enracine, et quand bien même ce ne serait pas le cas, rien ne légitime de désarmer les citoyens, sauf à les trahir.

Stop. https://t.co/47Apf6fOs1
ARPAC_fr photo

👏L'ARPAC

👏a

👏besoin

👏de

👏vous !

La criminalité explose démontrant ainsi chaque jour le bien fondé de notre lutte mais nous manquons de bénévoles !

https://t.co/DgMChN0hmW

Nous cherchons des volontaires pour relever les faits-divers avec armes : https://t.co/wX0RodWFVr